Français  English
 

Lexique

ABCDEFGH IJ KLMN OPQRSTU VWXY Z
Courbature :

Les courbatures sont des micros lesions des fibres musculaires. Elles ne sont pas graves, et sont la conséquence de sollicitations auxquelles les muscles n'étaient pas ou plus habitués. Par exemple en faisant un footing une fois tous les 6 mois, le risque d'avoir des courbatures est important.

Le pic de douleur intervient au bout de 24 à 48 heures environ et touche le muscle de manière globale à l'inverse d'une contracture qui sera très localisé sur un faisceaux de fibres musculaire. Le niveau de douleur est assez faible lorsqu'on arrete l'effort, mais les dégats musculaire sont déjà présent. Le pic de douleur semble coincider avec le pic de réparation des tissus.

En cyclisme les courbatures sont rares. La mal de jambes qui peut atteindre les cyclistes après une courses est rarement lié à un état de courbatures, mais plus à un état de déséquilibre des mécanismes énergétiques et contractiles. Ces mécanismes ne fonctionnent plus à 100% et génére une certaine inéfficacité de la contraction, s'accompagnant de sensations pénibles (lourdeur, brulure, sensation de faiblesse...)

Dans le cas des courbatures, contrairement aux crampes, les fibres musculaires sont lésées, certaines même déchirées, mais ces lésions sont minuscules, ne sont visibles qu'à l'examen au microscope d'un fragment de muscle prélevé par ponction, et ne mettent pas le muscle immédiatement en danger.

Plusieurs idées émergent dans le processus de formation des courbatures :

  • Des petits épanchements de sang provoqués par rupture des capillaires sanguins
  • Des micro-traumatismes entraînant une lésion des cellules musculaires.
  • Une accumulation de déchets ( ammoniac…) dans le muscle
  • Dans certains cas, les courbatures sont liée à une infection virale comme lors d'une grippe. L'effort  musculaire n'est pas en cause dans ce cas là.

L'acide lactique ne semble pas en cause dans l'apparition des courbatures, en revanche le mode de contraction compte énormément dans le risque d'avoir des courbatures. Ainsi les contraction excentrique, pliométrique sont succeptible d'occasionner des courbatures. C'est la raison pour laquelle après un marathon de 3 heure il est impossible de recommencer le lendemain, alors qu'en cyclisme il n'est pas rare de voir des cyclistes enchainer plusieurs courses de 3 heures à 24 d'interval. Cela est du au fait qu'en cyclisme les muscles ne sont pas sollicité de manière excentrique ou pliométrique.

Soin : repos, efforts modérée de type concentrique (vélo), alimentation riche en acides aminées ramifier et en zinc. Les étirements n'ont aucun effet sur la prévention des courbatures post efforts, on les soupconne même d'accroitre encore le niveau de lésion. Les courbatures disparaissent en 3 à 7 jours et laissent place à des muscles capable de mieux supporter les futures contrainte mécaniques. En revanche, le fait d'être souple musculairement semble rendre le niveau des courbatures moins important., Voilà un argument qui permet de recadrer le role des étirements.

Références :

  1. Pascal Prevost, «Courbatures» sur Sciensport, 2006. Consulté le 8 janvier 2008
  2. Pierre Lefrançois, «Qui s'étire n'a pas moins mal» sur PasseportSanté. net, 25 octobre 2007, PasseportSanté. net. Mis en ligne le 25 octobre 2007, consulté le 10 juin 2008
  3. Dr Nicolas Evrard, «Les courbatures - Maladies - Santé AZ» sur sante-az. aufeminin. com, 07  juillet 2008, sante-az. aufeminin. com. Mis en ligne le 07  juillet 2008, consulté le 17 septembre 2009

 

 

Votre panier

Votre panier

0 produit

A la une

http://centre-velo2max.fr/WordPress3/